Côte d'Ivoire : Besoins humanitaires en phase de transition 2013

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 11 Mar 2013
preview
preview

1. Résumé

La Côte d’Ivoire connait une certaine stabilité sociopolitique et économique depuis la crise postélectorale de 2010-2011. Bien qu’encore fragile, cette stabilisation progressive a permis le retour de la majorité des déplacés Ivoiriens qui avaient fui leurs lieux de résidence habituels pour trouver refuge soit dans des pays voisins, soit à l’intérieur de leur propre pays.

La période de transition, phase cruciale entre l’assistance humanitaire et le développement, a progressivement démarré en Côte d’Ivoire en 2012 et va se poursuivre en 2013. Néanmoins, et malgré les efforts des différents acteurs humanitaires depuis la crise, des besoins résiduels et des poches de vulnérabilité persistent, surtout dans l’Ouest, le Nord et le Sud-est du pays. Les causes principales des tensions intercommunautaires, comme les problèmes liés aux conflits fonciers ne sont pas encore adéquatement abordées, fragilisant ainsi la cohésion sociale. Le Gouvernement connaît encore un grand nombre de défis. Outre le renforcement de la cohésion sociale, le rétablissement de l’autorité de l’Etat dans les zones affectées par une décennie de conflits et la restauration de l’état de droit et de la justice, la relance économique ainsi que la lutte contre la pauvreté sont des conditions importantes pour un retour à la sécurité, la protection efficace et équitable des civils, et l’assurance du respect de la dignité humaine pour toutes les populations.

Dans certaines zones les niveaux de vulnérabilité des populations restent encore élevés, principalement dus aux problèmes de sécurité alimentaire, de cohésion sociale, d’accès aux services sociaux de base (santé, éducation, eau potable, alimentation), et aux besoins de réhabilitation. Dans les différentes régions du Nord présentent des problèmes de sécurité alimentaire et de nutrition persistent. Le district d’Abidjan, avec près de 6,5 millions d’habitants, recèle également de nombreuses poches de vulnérabilité, principalement dans les quartiers à flux élevés de déplacés et retournés. Pour faciliter la reconstruction et le redressement économique, d’avantage d’efforts devront être entrepris pour faciliter la cohésion sociale. L’action humanitaire en 2013 se focalisera en particulier dans les zones où des efforts conséquents doivent encore être consentis pour accompagner les retours (PDIs ou réfugiés ivoiriens du Liberia et du Ghana) et pour contribuer au rétablissement de la sécurité alimentaire et des moyens de subsistance des ménages.

Le présent document est un effort collectif des différents acteurs humanitaires présents en Côte d’Ivoire (Organisations Non-Gouvernementales et Agences des Nations Unies), élaboré au courant des derniers mois de l’année 2012. En absence d’un Processus d’Appel Consolidé (CAP), outil de planification humanitaire et de mobilisation des ressources, les acteurs des différents secteurs d’intervention ont effectué une analyse des besoins et des défis qui persistent encore pendant cette période de transition, ce qui a permis d’identifier les priorités principales d’intervention. Cet exercice, décidé par l’Equipe Pays Humanitaire (HCT), vise à mieux focaliser l’action humanitaire et d’assurer un meilleur pilotage des cadres ou programmes existants dans le domaine du développement, dont certaines composantes maintiennent encore un caractère humanitaire.

L’année 2013 est caractérisée également par la transition du système de coordination sectoriel et humanitaire. A la date du 31 décembre 2012, cinq Clusters sont désactivés (CCCM, Télécommunications d’urgence, Abris/NFI, Protection et Nutrition) et les responsabilités de coordination sont transférés aux Ministères ou Programmes Nationaux compétents. Les Clusters Sécurité Alimentaire, WASH, Education, Santé sont encore maintenus sous la coordination des chefs de file respectifs pendant les premiers mois de l’année.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.